Griveaux, prétexte à stigmatiser les réseaux sociaux